OR  $US/OZ $ NYSE:OR  $ TSX:OR    $      

Osisko publie ses résultats du premier trimestre 2016

Déclaration d’un septième dividende trimestriel consécutif

(Montréal, 4 mai 2016) Redevances Aurifères Osisko Ltée (la « Société » ou « Osisko ») (OR : TSX) annonce aujourd’hui un bénéfice ajusté pour le premier trimestre de 8,7 millions de dollars (0,09 $ par action de base).

Faits saillants du premier trimestre 2016

  • 9 404 onces d’or reçues et 9 417 onces vendues (T1 2015 – 6 985 onces reçues et vendues);
  • 8 092 onces d’argent reçues et 8 100 onces vendues (T1 2015 – 7 825 onces reçues et vendues);
  • Produits de 15,6 millions de dollars (T1 2015 – 10,6 millions de dollars);
  • Perte nette de 0,1 million de dollars, 0,00 $ par action de base (T1 2015 – bénéfice net de 10,2 millions de dollars, 0,15 $ par action de base);
  • Bénéfice ajusté1 de 8,7 millions de dollars, 0,09 $ par action de base1 (T1 2015 – 6,5 millions de dollars et 0,14 $ par action de base);
  • Flux de trésorerie nets liés aux activités d’exploitation2 de 13,5 millions de dollars (T1 2015 – 5,6 millions de dollars);
  • Valeur totale du fonds de roulement et des valeurs mobilières1 de 607,6 millions de dollars au 31 mars 2016;
  • Signature d’une entente visant l’acquisition d’une redevance de 1,5 % NSR avec Barkerville Gold Mines Ltd sur le projet aurifère Cariboo pour une contrepartie en espèces de 25,0 millions de dollars;
  • Clôture d’un financement de 50,0 millions de dollars par voie de débenture convertible avec Investissement Québec;
  • Clôture d’un financement par voie de prise ferme pour un produit brut totalisant 172,6 millions de dollars;
  • Déclaration d’un dividende trimestriel de 0,04 $ par action ordinaire le 16 février 2016;
  • Revenu de dividendes issu de la prise de participation dans Labrador Iron Ore Royalty Corporation (« LIORC ») de 1,6 million de dollars.

Sean Roosen, président du conseil d’administration et chef de la direction, commentant les résultats du premier trimestre :

« Osisko est très heureuse de publier ses résultats du premier trimestre 2016. Durant ses 22 premiers mois d’existence, la Société s’est concentrée sur son positionnement pour la croissance. Avec approximativement 440 millions de dollars en trésorerie et équivalents de trésorerie et jusqu’à 200 millions de dollars en crédit disponible, Osisko est en bonne position d’accroître son portefeuille de redevances par l’ajout d’une importante redevance ou flux de métaux de haute qualité, en production. »

Résultats du premier trimestre 2016

Les produits ont augmenté au premier trimestre de 2016 en raison de l’augmentation des redevances en nature reçues puisque la Société a reçu des redevances de la mine Éléonore suivant le remboursement de l’avance de redevances en novembre 2015, ainsi que des redevances de la mine Island Gold. Le prix de vente moyen de l’or en dollars canadiens était également plus élevé au premier trimestre de 2016 comparativement au premier trimestre de 2015.

Au premier trimestre de 2016, le bénéfice d’exploitation s’est établi à 7,1 millions de dollars comparativement à 2,6 millions de dollars au premier trimestre de 2015. L’augmentation du bénéfice d’exploitation au premier trimestre de 2016 est principalement le résultat des produits plus élevés générés de la vente d’or et d’argent et la réduction des frais de développement des affaires, en partie compensés par l’amortissement des droits de redevances pour un montant de 3,0 millions de dollars. La réduction des frais de développement des affaires en 2016 par rapport à 2015 est attribuable aux frais engagés en 2015 dans le cadre de l’acquisition de Virginia en février 2015.

La diminution du résultat net au premier trimestre de 2016 est principalement le résultat d’une perte de change de 13,7 millions de dollars comparativement à un gain de 1,7 million de dollars enregistré au premier trimestre de 2015, en partie compensée par une augmentation du bénéfice d’exploitation de 4,7 millions de dollars.

Droits de redevances

Canadian Malartic

Mines Agnico Eagle Ltée (« Agnico ») et Yamana Gold Inc. (« Yamana ») (conjointement, les « partenaires ») ont indiqué que l’usine Canadian Malartic avait traité en moyenne 52 314 tonnes par jour, comparativement à une moyenne de 51 988 tonnes par jour à la même période en 2015. Il s’agit d’un record trimestriel pour la saison hivernale.

Au premier trimestre de 2016, les partenaires ont indiqué que la production à la mine Canadian Malartic avait atteint 147 226 onces d’or, comparativement à 135 786 onces d’or au premier trimestre de 2015. La production était plus élevée en 2016, principalement en raison d’une augmentation du débit de traitement et de la teneur en or.

En février 2016, les partenaires ont indiqué que les niveaux ciblés pour la production d’or annuelle de la mine Canadian Malartic s’établissaient entre 560 000 et 580 000 onces en 2016, entre 590 000 et 600 000 onces en 2017 et 610 000 onces en 2018. Les partenaires ont indiqué que l’objectif pour 2016 est basé sur un débit de traitement d’environ 53 000 tonnes par jour. Toute augmentation du débit de traitement au-delà de ce taux de 53 000 tonnes par jour demeure conditionnelle à la mise à jour des permis d’exploitation existants.

Les partenaires ont indiqué que le processus d’obtention des permis pour l’Extension Barnat et la déviation de la route 117 se poursuivent. Après avoir reçu des réponses à deux séries de questions, le Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques du Québec a accepté en avril 2016 l’étude d’impact sur l’environnement (« ÉIE ») pour le projet Extension Barnat comme étant admissible. L’acceptation de l’ÉIE annonce le déclenchement du processus d’audiences publiques, dont la première étape consistait à rendre publique l’ÉIE. S’ensuivront une présentation publique du projet en mai et la tenue d’audiences publiques en juin.

Les partenaires ont indiqué que les travaux de forage se poursuivaient durant le trimestre sur les zones Odyssey Nord et Sud et que jusqu’à présent, 18 sondages totalisant 18 581 mètres avaient été complétés. Les résultats de ces sondages sont en voie d’être compilés et intégrés à la base de données existante. En 2016, environ 60 000 mètres de forage intercalaire et d’expansion ont été proposés sur les zones minéralisées connues de la propriété Odyssey. Les partenaires ont indiqué que le budget prévu pour 2016 est de 8,0 millions de dollars. Osisko détient une redevance NSR de 5% sur la cible Odyssey Sud et une redevance NSR de 3% sur la cible Odyssey Nord.

Pour des informations plus détaillées, le lecteur est prié de consulter le communiqué de presse d’Agnico Eagle daté du 28 avril 2016, et le communiqué de presse de Yamana publié le 11 avril 2016, déposés sur SEDAR (www.sedar.com).

Éléonore

Osisko, par le biais de sa filiale à part entière Exploration Osisko – Baie-James inc. (anciennement Mines Virginia inc.), détient une redevance de 2,0 % à 3,5 % NSR sur la propriété aurifère Éléonore (mine souterraine) située dans la province de Québec et exploitée par Goldcorp Inc. (« Goldcorp »).

Le début de la production commerciale à la mine Éléonore a été déclaré le 1er avril 2015.

Goldcorp a indiqué que la production d’or au cours du premier trimestre de 2016 était 66 700 onces.   La production d’or a été plus importante en raison de l’accroissement de la cadence de l’exploitation minière sur quatre horizons par rapport à deux au cours du premier trimestre de 2015. Le taux de récupération s’est amélioré en raison de l’optimisation du circuit de sulfure et un taux de récupération moyen de 91 % a été réalisé au cours du mois de mars 2016. Avec le repliement et les failles du corps de minerai pris en compte dans le plan minier et dans les conceptions améliorées des chantiers, Éléonore reste sur la bonne voie pour atteindre ses cibles en 2016 tant au niveau du débit, de la teneur et du taux de récupération. Les travaux sur le puits de production ont continué au cours du premier trimestre de 2016 et ont porté sur le système de manutention du minerai sur le niveau 690 et le bâtiment de transfert de minerai de surface. Le hissage du minerai à travers le puits de production devrait commencer au troisième trimestre de 2016, ce qui augmentera l’efficacité et réduira les coûts opérationnels.

Goldcorp a indiqué que le puits de production serait opérationnel d’ici la fin de l’année 2016, ce qui permettra d’améliorer les coûts et l’efficience. Goldcorp a aussi indiqué que le taux d’extraction minière souterraine continue d’augmenter tel que prévu en vue d’atteindre la capacité nominale de traitement de 7 000 tonnes par jour. La production minière devrait s’établir en moyenne entre 4 700 et 5 000 tonnes par jour de minerai à partir de quatre horizons de production en 2016. Le développement se poursuivra afin d’étendre les travaux d’abattage à six horizons en vue d’accroître le taux de production minière et de traitement du minerai à 7 000 tonnes par jour au premier semestre de 2018.

Goldcorp a indiqué que la production en 2015 incluait du matériel empilé, tandis que l’alimentation de l’usine en 2016 comprend uniquement du matériel livré directement de la mine.

En 2016, Goldcorp a indiqué qu’un montant de 5,0 millions de dollars a été prévu au budget d’exploration afin de continuer à cibler la zone 494 pour le remplacement de réserves et de tester la projection profonde des corps minéralisés du centre et du sud et la zone 494 avec un total de 25 800 mètres de forage diamantifère souterrain. Au cours du premier trimestre de 2016, les forages d’exploration ont été concentrés sur la partie inférieure au sud du gisement (sous les 650 mètres) avec 1 469 mètres et dans la région de la zone 494 avec 1 700 mètres pour un total de 3 169 mètres. Les dépenses d’exploration engagées au cours du premier trimestre 2016 ont été de 1,0 million de dollars. Au cours du deuxième trimestre de 2016, l’exploration se concentrera sur la zone 494 avec 5 760 mètres de forage et sur la projection profonde de la partie du sud et centrale du dépôt avec 3 000 mètres de forage pour un budget de 2,0 millions de dollars.

En février 2016, Goldcorp a indiqué qu’en suivant un calendrier d’accroissement prudent, Éléonore devrait produire entre 250 000 et 280 000 onces d’or en 2016.

Pour des informations plus détaillées, le lecteur est prié de consulter les communiqués de Goldcorp publiés les 25 février 2016 et 27 avril 2016, et les rapports de gestion de Goldcorp pour l’exercice terminé le 31 décembre 2015 et pour les trois mois terminés le 31 mars 2016, tous déposés sur SEDAR (www.sedar.com).

Mine Island Gold (Mines Richmont Inc.)

Au cours du premier trimestre de 2016, la Société a reçu ses premières onces provenant de sa redevance NSR sur la mine Island Gold (212 onces d’or basées sur la production du quatrième trimestre de 2015) exploitée par Mines Richmont inc. (« Mines Richmont »). Le 12 avril 2016, Mines Richmont a indiqué que la mine Island Gold a produit 26 589 onces d’or, une hausse de 147 % par rapport à la période comparable en 2015 et 87 % de plus que le trimestre précédent. La production accrue du trimestre a été avantagée par les teneurs réconciliées plus élevées que prévu de 11,31 g/t usinées et une capacité d’usinage record de 834 tonnes par jour. Mines Richmont a indiqué que la production prévue pour 2016 à la mine Island Gold est de 62 000 à 67 000 onces d’or.

Mines Richmont a aussi indiqué que le programme de forage d’exploration de la mine Island Gold continue de démontrer un fort potentiel de croissance et de prolongement de la vie de la mine. Et cela, autant latéralement au-dessus du niveau de 860 mètres qui pourrait soutenir une augmentation de la production à 1 150 tonnes par jour, que pour l’extension verticale en dessous du niveau de 1 000 mètres. Une foreuse directionnelle supplémentaire (pour un total de quatre foreuses) a été ajoutée pour soutenir le programme d’exploration en profondeur en dessous du niveau de 1 000 mètres. Cet ajout permettra également d’élargir le programme de forage afin de tester la structure à l’ouest de la cible actuelle entre 1 000 et 1 500 mètres. Selon les attentes, le programme de forage d’exploration déjà annoncé sera achevé en juin 2016. À ce moment, Mines Richmont étudiera tous les résultats de forage et présentera une mise à jour des programmes de forage additionnels planifiés pour la seconde moitié de l’année.

Pour des informations plus détaillées, le lecteur est prié de consulter le communiqué de Mines Richmont publié le 12 avril 2016 et déposé sur SEDAR (www.sedar.com).

Redevances canadiennes de Teck

La Société a annoncé en octobre 2015 un accord définitif visant l’acquisition d’un portefeuille de redevances canadiennes détenu par Teck Resources Limited et sa filiale Teck Metals Ltd (« Teck ») pour une contrepartie en espèces de 28,0 millions de dollars, ainsi qu’un montant additionnel de 2,5 millions de dollars à être payé suivant la confirmation de certains droits.

Le portefeuille contient 31 redevances, la plupart étant des redevances NSR, les principales redevances étant (avant la vente d’un intérêt de 15 % à la Caisse de dépôt et placement du Québec (« CDPQ ») tel que décrit ci-dessous) :

  • Trois redevances de 2 % à 3 % NSR sur les propriétés de la mine en production Island Gold, situées dans le nord de l’Ontario et détenues par Mines Richmont inc. (se référer aussi à la discussion ci-haut);
  • Une redevance de 2 % NSR sur la propriété Lamaque située en Abitibi et détenue par Integra Gold Corp.;
  • Une redevance de 2 % NSR sur le Bloc Hewfran situé dans le Nord-du-Québec et détenu par Ressources Metanor inc.;
  • Une redevance de 0,5 % NSR et un droit de paiement de 5 millions de dollars advenant une mise en production commerciale sur la propriété Marban détenue par Oban Mining Corporation et située à proximité de la mine Canadian Malartic, à Malartic;
  • Une redevance de 1,5 % NSR sur une portion de la propriété Fenn-Gib située dans le nord de l’Ontario et détenue par Tahoe Resouces Inc.; et
  • Une redevance de 1,5 % à 2 % NSR sur la propriété Garrcon située dans le nord de l’Ontario et détenue par Oban Mining Corporation.

Le portefeuille inclut également d’autres actifs de redevances sur métaux précieux pour des propriétés d’exploration et en développement. Certaines redevances NSR sont assujetties à des clauses de rachat.

La première partie de la transaction avec Teck été conclue en novembre 2015 et visait un portefeuille de 28 redevances acquis pour une contrepartie de 24,2 millions de dollars en espèces et une somme supplémentaire de 2,5 millions de dollars payable à la confirmation de certains droits. Ce portefeuille comprend des redevances sur la mine en production Island Gold exploitée par Mines Richmont inc. et la propriété Lamaque de Integra Gold Corp. La Société a reçu son premier versement de redevances en nature de la mine Island Gold au premier trimestre de 2016. La Société s’attend à conclure la deuxième partie de sa transaction avec Teck au deuxième semestre de 2016.

La CDPQ a exercé son droit de participation visant à acquérir 15 % des droits de redevances de Teck acquis par Osisko jusqu’à maintenant. La transaction a été complétée en février 2016 pour la somme de 3,6 millions de dollars.

Redevances Vezza

La Société a acquis une redevance de 5 % NSR et une redevance sur la participation aux bénéfices nets de 40 % dans la propriété aurifère Vezza exploitée par Ressources Nottaway inc. pour un prix d’acquisition total de 10,0 millions de dollars. Un premier paiement de 5,0 millions de dollars a été versé en 2015 et le solde a été payé aux mois de janvier et mars 2016. La propriété est située à 25 kilomètres de Matagami, au Québec. Le début de la production commerciale est attendu au cours du second trimestre de 2016.

Projet aurifère Cariboo

Le 30 novembre 2015, Osisko a conclu une lettre d’entente exécutoire avec Barkerville Gold Mines Ltd (« Barkerville »), en vertu de laquelle Osisko s’est engagée à faire l’acquisition d’une redevance de 1,5 % NSR sur le projet aurifère Cariboo (la « redevance de financement »), situé en Colombie-Britannique (Canada), pour une contrepartie de 25,0 millions de dollars en espèces. L’entente de redevances a été clôturée en février 2016.

Le projet aurifère Cariboo couvre une superficie de 1 164 kilomètres carrés de terrains répartis sur une distance latérale de 60 kilomètres qui comprend plusieurs anciennes mines du district aurifère de Cariboo, une région historiquement profitable, bien que sous-explorée, du centre-sud de la Colombie-Britannique. Selon des estimations historiques, la production d’or historique de la région de Cariboo s’élève à environ 3,8 millions d’onces. À Cariboo, le gîte Cow Mountain contient des ressources minérales estimées conformément au Règlement 43-101 de 2,8 millions d’onces d’or dans la catégorie indiquée (35,8 millions de tonnes à 2,4 g/t), ainsi que 2,0 millions d’onces d’or additionnelles dans la catégorie présumée (27,4 millions de tonnes à 2,3 g/t), selon un seuil de coupure de 0,5 g/t dans les deux cas.

Dans le cadre de la redevance de financement, Osisko et Barkerville ont aussi convenu de négocier une entente de flux d’or (l’« entente de flux d’or ») suite à l’achèvement d’une étude de faisabilité par Barkerville sur le projet aurifère Cariboo. Suite à une période de négociation de 60 jours, si Osisko et Barkerville n’ont pas conclu d’entente de flux d’or, Barkerville devra soit accorder un droit à Osisko d’acquérir une redevance additionnelle de 0,75 % NSR pour une contrepartie de 12,5 millions de dollars, soit faire un paiement de 12,5 millions de dollars à Osisko.

Sommaire des redevances d’actifs en exploitation et d’actifs avancés mais non en exploitation

Actif Exploitant Droits(1) Produits Juridiction Étape
Canadian Malartic Agnico/Yamana Redevance de 5,0 % NSR Au Québec Production
Éléonore Goldcorp Inc. Redevance de 2,0 à 3,5 % NSR Au Québec Production
Island Gold Mines Richmont Redevance de 1,7 à 2,55 % NSR Au Ontario Production
Bloc Hewfran Ressources Metanor Redevance de 1,7 % NSR Au Québec Production
Vezza Ressources Nottaway inc. Redevance de 5 % NSR Au Québec Développement
Vezza Ressources Nottaway inc. Redevance de 40 % NPI s.o. Québec Développement
Lamaque Integra Gold Redevance de 1,7 % NSR Au Québec Développement
Cariboo Barkerville Redevance de 1,5 % NSR Au Colombie-Britannique Développement
Hammond Reef Agnico/Yamana Redevance de 2 % NSR Au Ontario Obtention des permis
Windfall Oban Mining Redevance de 0,5 % NSR Au Québec Exploration
Marban Oban Mining Redevance de 0,425 % NSR Au Québec Exploration
Hermosa Sulfides Arizona Mining Redevance de 1% NSR Zn, Pb, Ag Arizona, USA  Exploration
Pandora Agnico/Yamana Redevance de 2 % NSR Au Québec Exploration
Malartic – Odyssey Nord Agnico/Yamana Redevance de 3 % NSR Au Québec Exploration
Upper Beaver Agnico/Yamana Redevance de 2 % NSR Au, Cu Ontario Exploration
Camp de Kirkland Lake Agnico/Yamana Redevance de 2 % NSR Au, Cu Ontario Exploration
White Pine North – Copperwood Highland Copper Redevance escalatoire de 3 % NSR(2) Ag, Cu Michigan, É.U. Exploration

Sommaire des options de redevances d’actifs avancés mais non en exploitation

Actif Exploitant Droits Coût de l’option Produits Juridiction Étape
Neita Unigold Redevance de 2% NSR 2,0 millions $ Au République Dominicaine Exploration
Yellowknife City Gold TerraX Redevance de 3% NSR 4,0 millions $ Au Territoires du Nord-Ouest Exploration
Projets miniers Oban(3) Oban Mining Redevance de 1% NSR 5,0 millions $ s.o. s.o. s.o.
  1. Après la vente d’un intérêt de 15 % sur les redevances acquises de Teck à CDPQ Caisse de dépôt et placement du Québec.
  2. Assujettie à la conversion d’un emprunt convertible de 10,0 millions de dollars d’Osisko avec Highland Copper.
  3. Osisko dispose d’un droit d’acquisition à usage unique, avant le 25 août 2020, d’une redevance de 1 % NSR sur les projets d’Oban Mining Corporation détenus à 100% au 25 août 2015.

Portefeuille de placements

Les actifs de la Société comprennent un portefeuille d’actions de sociétés cotées en bourse. Osisko investit, et a l’intention de continuer à investir, de temps à autre, dans diverses sociétés dans le secteur de l’industrie minière à des fins d’investissement, et avec l’objectif d’améliorer sa capacité à acquérir des intérêts dans des actifs d’exploration, des redevances ou des flux de revenus futurs. En plus des objectifs de placements, dans certains cas, la Société peut décider de jouer un rôle plus actif, en fournissant du personnel de gestion, un soutien technique et/ou administratif ainsi qu’en nommant des individus au conseil d’administration des sociétés dans lesquelles elle investit. Ces placements sont inclus dans les placements dans des entreprises associées dans les états financiers consolidés et comprennent Oban Mining Corporation (« Oban »), Ressources Falco ltée (« Falco ») et Barkerville. Barkerville est devenue une nouvelle entreprise associée en février 2016 suivant la nomination de Sean Roosen, président du conseil et chef de la direction d’Osisko, au poste de coprésident du conseil d’administration de Barkerville, et la nomination de Luc Lessard, vice-président principal, services techniques d’Osisko, au poste de chef des opérations de Barkerville.

Osisko pourrait, de temps en temps et sans préavis, sauf si requis par la loi, accroître ou réduire ses placements à sa discrétion.

Investissements dans des entreprises associées – Oban

Le 11 mars 2016, Oban a complété l’acquisition de Corporation Minière NioGold (détenteur de la propriété Marban) et clôturé un financement de 12,6 millions de dollars. Osisko a participé à ce financement à hauteur de 960 000 $. À la suite de ces transactions, Osisko détient désormais une participation de 16 % dans Oban.

Pour des informations plus détaillées, le lecteur est prié de consulter le profil d’Oban sur SEDAR (www.sedar.com).

Labrador Iron Ore Royalty Corporation (“LIORC”)

Depuis le début de l’année 2015, Osisko a acquis une participation de 9,8 % dans LIORC. La Société considère cet investissement comme une opportunité de diversification de ses actifs et des matières premières auxquelles elle est exposée par rapport à son portefeuille actuel de redevances, tout en restant concentrée sur l’or. L’investissement dans LIORC permet à Osisko d’être exposée à un actif de classe mondiale lié au minerai de fer et ayant une longue durée de vie dans une juridiction stable. LIORC est entièrement axée sur les opérations de la Compagnie minière IOC (« IOC ») par le biais des éléments suivants :

  • Une redevance brute de 7 % sur les mines de fer d’IOC;
  • Des droits de commercialisation de 0,10 $ par tonne sur tous les produits vendus par IOC; et
  • Une participation directe de 15 % dans IOC.

IOC est un grand producteur canadien de minerai de fer détenu par Rio Tinto (59 %), Mitsubishi Corporation (26 %) et LIORC. La mine, située à Terre-Neuve-et-Labrador au Canada, produit et traite du concentré de minerai de fer et des boulettes depuis 1954. Le minerai brut est transformé en minerai de fer concentré et ensuite vendu ou transformé en des boulettes de minerai de fer de différentes qualités afin de répondre aux besoins des clients. IOC est stratégiquement situé pour servir les marchés des Grands Lacs et l’ensemble du monde pendant toute l’année à partir de ses installations portuaires à Sept -Îles, au Québec. Le concentré de minerai de fer et les boulettes sont transportés vers les installations portuaires de l’IOC à Sept -Îles via sa filiale en propriété exclusive Québec North Shore and Labrador Railway, une ligne de chemin de fer de 418 kilomètres qui relie la mine et le port. De là, les produits sont expédiés aux différents marchés, soit en Amérique du Nord, en Europe, au Moyen-Orient et dans la région de l’Asie-Pacifique.

Selon le communiqué de presse de LIORC daté du 3 mars 2016 (déposé sur SEDAR (www.sedar.com), la mine possède des réserves pour poursuivre ses activités pendant 28 ans au rythme actuel de production avec des ressources supplémentaires d’une plus grande ampleur.

Les dividendes payables à Osisko au premier trimestre de 2016 s’élèvent à 1,6 million de dollars.

L’investissement dans LIORC offre une diversification à la production d’or et reste conforme à la philosophie d’Osisko qui consiste à investir dans des mines à longue durée de vie exploitées par des sociétés minières de calibre mondial dans des juridictions sécuritaires.

Pour des informations plus détaillées, le lecteur est prié de consulter le communiqué publié par LIORC le 3 mars 2016, déposé sur SEDAR (www.sedar.com) et le communiqué de Rio Tinto daté du 19 avril 2016, disponible sur le site web de Rio Tinto : www.riotinto.com.

Activités d’exploration et d’évaluation

Régions de la Baie-James et de la Fosse du Labrador (Québec)

Osisko a acquis des projets d’exploration et d’évaluation en faisant l’acquisition de Virginia en 2015. Durant le premier trimestre de 2016, Osisko a investi 1,7 million de dollars en activités d’exploration et d’évaluation dans la région de la Baie-James.

Depuis l’acquisition de Virginia, le programme d’exploration sur le projet Coulon (région de la Baie-James) s’est poursuivi, principalement sous la forme d’un programme de forage au diamant dans la lentille 257 et sur des cibles régionales. Les travaux d’exploration comprennent également des levés géophysiques au sol et en sondage.

Un programme de forage au diamant a débuté au cours de l’hiver 2016 sur le projet Coulon. À la fin du mois de mars 2016, 23 nouveaux sondages avaient été forés et un sondage avait été prolongé pour un total de 19 318 mètres. Dix-huit (18) de ces sondages et le sondage prolongé ciblaient le secteur du pli principal où se trouvent la majorité des lentilles de sulfures massifs connues. Trois sondages ciblaient le secteur situé entre la lentille 43, la lentille 201 et la zone Tension, tandis que les deux (2) derniers sondages ciblaient des anomalies électromagnétiques dans des secteurs peu explorés au nord et au nord-est du pli principal.

La Société a poursuivi ses programmes d’exploration sur plusieurs de ses projets situés sur le territoire de la Baie-James et dans la Fosse du Labrador au Québec.

Activités de financement significatives

Débenture convertible

Le 12 février 2016, la Société a clôturé un financement avec Ressources Québec, une filiale à part entière d’Investissement Québec. Ressources Québec a souscrit une débenture convertible de 50,0 millions de dollars d’Osisko, laquelle viendra à échéance dans cinq ans et portera intérêt à un taux annuel de 4 % payable trimestriellement. Ressources Québec pourra, à sa discrétion, convertir la débenture en actions ordinaires de la Société au prix de 19,08 $ en tout temps pendant le terme de la débenture. Osisko a payé des frais de financement de 1 % à Ressources Québec et a remboursé les frais engagés en lien avec le financement.

Financement par voie de prise ferme de 173 millions de dollars en 2016

Le 26 février 2016, la Société a clôturé un financement public par voie de prise ferme (l’« offre ») visant 11 431 000 unités d’Osisko (les « unités »), incluant l’exercice en totalité de l’option pour attributions excédentaires par les preneurs fermes de l’offre, à un prix de 15,10 $ par unité, pour un produit brut total de 172,6 millions de dollars (produit net de 164,6 millions de dollars).

Les unités ont été vendues par voie de prise ferme via un syndicat de preneurs, dirigé conjointement par BMO Marchés des capitaux et RBC Marchés des capitaux. Osisko prévoit utiliser le produit net tiré de l’offre pour le fonds de roulement et les besoins généraux de l’entreprise, y compris pour financer l’acquisition de redevances et de flux de production.

Chaque unité comprend une action ordinaire de la Société et la moitié d’un bon de souscription d’action ordinaire (chaque bon de souscription d’action ordinaire entier étant un « bon de souscription ») de la Société. Chaque bon de souscription entier confère à son détenteur le droit d’acheter une action ordinaire de la Société à un prix de 19,08 $ par action ordinaire, pour une période de 36 mois suivant la date de clôture.

Les actions ordinaires et bons de souscription (TSX : OR.WT.A) sont transigées sur la Bourse de Toronto depuis le 26 février 2016.

Facilité de crédit renouvelable

En 2015, la Société a augmenté sa facilité de crédit renouvelable (la « facilité ») de 100,0 millions à 150,0 millions de dollars. La facilité a été prolongée d’un an et a été syndiquée entre la Banque Nationale du Canada et la Banque de Montréal. La facilité pourra être augmentée de 50,0 millions de dollars à la demande d’Osisko, sous réserve des procédures usuelles de vérification diligente. La facilité sera utilisée pour des investissements dans l’industrie minière, y compris l’acquisition de redevances et le financement de flux de métaux précieux. La facilité est garantie par les actifs de la Société (dont les droits de redevances) et a un terme de deux ans (23 décembre 2017), qui peut être prolongé d’un an à chacune des deux dates d’anniversaire de l’amendement. Au 31 mars 2016, aucun montant n’avait été utilisé sur la facilité.

Dividende trimestriel

Le 4 mai 2016, le conseil d’administration a déclaré un septième dividende trimestriel de 0,04 $ par action ordinaire, payable le 15 juillet 2016 aux actionnaires inscrits aux registres à la fermeture des bureaux le 30 juin 2016.

Le 21 septembre 2015, la Société a annoncé la mise en place d’un régime de réinvestissement des dividendes (« RRD »). Le RRD permet aux actionnaires de réinvestir leurs dividendes en espèces dans des actions ordinaires additionnelles, soit acquises sur le marché libre par l’intermédiaire de la Bourse de Toronto (« TSX »), soit nouvellement émises directement par la Société ou obtenues par ces deux moyens combinés. Dans le cas d’une émission d’actions ordinaires, le prix est égal au cours moyen pondéré des actions ordinaires à la TSX pendant la période de cinq (5) séances en bourse qui précède immédiatement la date de versement des dividendes, déduction faite d’un escompte, le cas échéant, d’au plus 5 %, à la seule discrétion de la Société. Les participants au RRD n’ont pas à payer de commissions de courtage, d’honoraires ni d’autres frais administratifs pour l’achat d’actions ordinaires aux termes du RRD.

Position financière

La Société a terminé le trimestre avec un bilan solide. La trésorerie et équivalents de trésorerie ont totalisé 439 millions de dollars et le fonds de roulement net s’est élevé à 438,1 millions de dollars.

De plus, la Société a accès à un maximum de 200,0 millions de dollars en liquidités selon les termes de la facilité de crédit renouvelable modifiée, et ce afin d’acquérir des redevances et flux de métaux.

Perspectives

Les perspectives d’Osisko pour 2016 reposent sur les prévisions publiques disponibles, incluant les prévisions pour la mine Canadian Malartic telles qu’elles sont publiées par Yamana et Agnico Eagle, et celles pour la mine Éléonore publiées par Goldcorp. En ce qui concerne les royautés gagnées sur des propriétés pour lesquelles aucune information publique n’est disponible, Osisko obtient des prévisions internes de la part des exploitants.

La production attribuable à la Société en vertu de redevances pour 2016 est estimée entre 28 000 et 29 000 onces d’or provenant de la mine Canadian Malartic, entre 5 500 et 6 200 onces d’or provenant de la mine Éléonore, et entre 1 000 et 2 000 onces provenant d’autres redevances. La Société prévoit aussi poursuivre ses programmes d’exploration dans la région de la Baie-James pour un montant d’environ 10,3 millions de dollars (8,3 millions de dollars déduction faite des crédits d’impôt d’exploration estimatifs) dont environ 3,8 millions de dollars qui seront financés par des institutions du Québec et d’autres partenaires.

Conférence téléphonique portant sur les résultats du premier trimestre 2016

Osisko tiendra une conférence téléphonique le jeudi 5 mai 2016 à 11h00 HAE, durant laquelle la haute direction commentera les résultats financiers et fera le bilan des activités de la Société. Les personnes intéressées à participer à la conférence téléphonique sont priées de composer le 1-(647)-788-4922 (appels internationaux), ou le 1-(877)-223-4471 (sans frais en Amérique du Nord) au moins cinq à dix minutes avant le début de la conférence. Un téléphoniste redirigera les participants à la conférence téléphonique.

Il sera possible d’écouter l’enregistrement de la conférence à partir du 5 mai 2016 à 14h00 HAE jusqu’à 23h59 HAE le 12 mai 2016 en composant le 1-(855)-585-8367 (sans frais en Amérique du Nord) ou le 1-(416)-621-4642, puis le code d’accès 3052867.

À propos de Redevances Aurifères Osisko Ltée

Osisko est une société minière intermédiaire de redevances et d’exploration détentrice de deux redevances aurifères de calibre mondial. Ces deux actifs principaux sont une redevance de 5 % en rendement net de fonderie (« NSR ») sur la mine d’or de calibre mondial Canadian Malartic et une redevance escalatoire de 2,0-3,5 % NSR sur la mine d’or Éléonore située à la Baie James, au Québec. Osisko détient également une redevance de 1,7-2,55 % NSR sur la mine Island Gold, une redevance de 1,7 % NSR sur le groupement Sud du projet Lamaque, une redevance de 3 % NSR sur la propriété Malartic CHL, et une redevance de 2 % NSR sur les projets d’exploration aurifère Upper Beaver, Kirkland Lake et Hammond Reef, situés dans le nord de l’Ontario. La Société détient également une participation de 9,8 % dans Labrador Iron Ore Royalty Corporation.

Le siège social d’Osisko est situé au 1100 avenue des Canadiens-de-Montréal, bureau 300, Montréal, Québec, H3B 2S2.

Énoncés prospectifs

Certains énoncés compris dans ce communiqué peuvent être considérés comme des « énoncés prospectifs ». Tous les énoncés dans ce communiqué qui ne sont pas des faits historiques et qui font référence à des événements futurs, des développements ou des performances qu’Osisko prévoit, y compris les attentes de la direction concernant la croissance d’Osisko, les résultats d’exploitation, les estimations des recettes futures, les exigences de capital supplémentaire, l’estimation des réserves minières et des ressources minérales, les estimations de production, les coûts de production et des revenus, la demande future et les prix des produits de base, les perspectives et occasions d’affaires sont des énoncés prospectifs. En outre, les énoncés prospectifs (y compris les données figurant dans les tableaux) sur les réserves et les ressources et les onces d’or équivalent sont des énoncés prospectifs, car ils impliquent l’évaluation implicite, fondée sur certaines estimations et hypothèses et aucune assurance ne peut être donnée que les estimations seront réalisées. Les énoncés prospectifs sont des énoncés qui ne sont pas des faits historiques et qui peuvent généralement, mais pas forcément, être identifiés par l’emploi de mots comme « prévoit », « planifie », « anticipe », « croit », « a l’intention », « estime », « projette », « potentiel », « échéancier », et autres expressions semblables ou des variations (incluant les variantes négatives), ou des énoncés à l’effet que des événements ou des conditions « se produiront », « pourraient » ou « devraient » se produire, incluant notamment le rendement des actifs d’Osisko, la réalisation des avantages découlant de son portefeuille d’investissements, l’atteinte des prévisions de production et d’opérations publiées par les opérateurs des propriétés dans lesquelles Osisko détient une redevance ou un intérêt, les audiences publiques tenues dans les délais prévus et l’obtention des autorisations à Canadian Malartic, la réalisation de la phase d’accroissement de production par l’opérateur à Éléonore, la clôture dans les délais prévus de la seconde portion de la transaction avec Teck, l’atteinte de la phase de production commerciale par l’opérateur à Vezza dans les délais prévus, et des résultats positifs en matière de travaux d’exploration menés par la Société. Bien qu’Osisko soit d’avis que les attentes exprimées dans ces énoncés prospectifs se fondent sur des hypothèses raisonnables, ces énoncés comportent des risques connus et inconnus, des incertitudes et d’autres facteurs et ne garantissent pas les résultats futurs, et les résultats réels pourraient différer sensiblement des résultats prévus dans les énoncés prospectifs. Parmi les facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des résultats prévus dans les énoncés prospectifs, citons notamment les fluctuations des prix des commodités qui sous-tendent les redevances détenues par Osisko (or et argent); les fluctuations de la valeur du dollar canadien par rapport au dollar américain; les changements réglementaires dans les gouvernements nationaux et locaux, y compris l’octroi des permis et les et les politiques fiscales; la règlementation et les développements politiques ou économiques dans les juridictions où sont situées les propriétés dans lesquelles Osisko détient une redevance ou autre intérêt ou par l’entremise desquelles ils sont détenus; les risques liés aux exploitants des propriétés dans lesquelles Osisko détient une redevance; les opportunités d’affaires qui deviennent disponibles, ou sont poursuivis par Osisko; la disponibilité continue de capital et de financement et le marché ou les conditions économiques générales; les litiges concernant tout titre, permis ou licence liés à des intérêts sur l’une des propriétés dans laquelle Osisko détient une redevance ou un autre droit; des difficultés relatives au développement, à l’obtention de permis, aux l’infrastructure, à l’exploitation ou aux aspects techniques sur l’une des propriétés dans laquelle Osisko détient une redevance ou un autre droit; des différences dans la cadence et l’échéancier de production par rapport aux estimations de ressources ou aux prévisions de production faites par les exploitants des propriétés dans laquelle Osisko détient une redevance ou un autre droit; les risques et les dangers liés à l’exploration, au développement et à l’exploitation minière sur l’une des propriétés dans laquelle Osisko détient une redevance ou d’autres intérêts, y compris, mais sans s’y limiter, les conditions géologiques inhabituelles ou imprévues et métallurgiques, des affaissement ou des effondrements de terrains, les inondations et autres catastrophes naturelles ou des troubles civils ou d’autres risques non assurés. Les énoncés prospectifs figurant dans ce communiqué de presse sont basées sur des hypothèses jugées raisonnables par la direction incluant notamment: l’exploitation continue des propriétés dans laquelle Osisko détient une redevance ou d’autres intérêts par les propriétaires ou les opérateurs de ces propriétés de manière conforme aux pratiques antérieures; l’exactitude des énoncés publiques et de la divulgation faites par les propriétaires ou les opérateurs de ces propriétés sous-jacentes; l’absence de changement défavorable important dans le prix des commodités qui sous-tendent le portefeuille d’actifs; aucun changement défavorable à l’égard d’une propriété à l’égard de laquelle Osisko détient une redevance ou autre intérêt; l’exactitude de la divulgation publique des attentes relatives au développement de propriétés sous-jacentes qui ne sont pas encore en production; et l’absence d’autres facteurs qui pourraient entraîner que les actions, événements ou résultats réels diffèrent de ceux prévus, estimés ou attendus. 

Pour plus de détails au sujet de ces facteurs et hypothèses ainsi que des autres facteurs et hypothèses qui sous-tendent les énoncés prospectifs émis dans le présent communiqué, se reporter à la section intitulée « Facteurs de risque » de la plus récente notice annuelle d’Osisko déposée auprès des commissions en valeurs mobilières canadiennes, et disponibles en versions électroniques sous le profil de l’émetteur d’Osisko sur SEDAR, au www.sedar.com. L’information prospective présentée dans le présent communiqué reflète les attentes de la Société au moment de l’émission du présent communiqué et est sujette à changement après cette date. La Société décline toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser tout énoncé prospectif, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d’événements futurs ou autrement, à l’exception de ce qui est exigé par la loi.

[1]   Le « bénéfice ajusté », le « bénéfice ajusté par action » et la « valeur du fonds de roulement et des valeurs mobilières » sont des mesures de performance financière non conformes aux IFRS qui n’ont aucune définition standard selon les normes IFRS. La juste valeur du fonds de roulement et des valeurs mobilières correspond à la valeur comptable du fonds de roulement tel que présenté au bilan consolidé et à la juste valeur des valeurs mobilières en fonction du prix du marché coté sur une bourse reconnue au 31 mars 2016. Se référer à la section « Mesures de la performance financière non conformes aux IFRS » du présent rapport de gestion.

[2]        Avant la variation des éléments hors caisse du fonds de roulement.

Retour vers toutes les nouvelles